Sibeery | LAGER et PILS
15570
post-template-default,single,single-post,postid-15570,single-format-standard,theme-bridge,woocommerce-demo-store,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,columns-3,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

LAGER et PILS

LAGER et PILS

 

Attention, si tu lis ces lignes, c’est que tu es mon complice ; tu t’attaques à un mythe, et tu te penches sur un mot utilisé par la plupart des bières industrielles ! Mais en quoi une Lager serait forcément une bière « de base », dans le sens péjoratif du terme ?

 

Bon, très cher Beerista, enchaine, on a soif !

 

Et bien non, sacrebleu ! Les bières Lager sont même des bières plutôt géniales, issues d’un processus révolutionnaire et plutôt récent car nécessitant maintes découvertes scientifiques portées par… Carlsberg et Pasteur themselves ! (yeah). Mais bon, ils l’ont surtout rendu célèbre et « indus », parce que la Lager existe sporadiquement depuis le XVe siècle en Bavière (que j’aime cette région), mais en beaucoup plus artisanal !

 

Car le mot Lager, qui signifie littéralement « entreposer » en germanique, rassemble toutes les bières dites de fermentation basse (donc avec des levures qui travaillent à des température plus basses, de l’ordre de 8 à 15°C). Du coup, ce style cache les innombrables Pils, Helles, Bock, j’en passe et des meilleures !

 

La difficulté réside dans le fait que ces levures ne supportent pas le chaud ! Qui plus est, la fermentation dure relativement longtemps, de l’ordre de 7 à 10 jours. Imaginez le travail à l’époque, au XIXe siècle, pour assurer une température adéquate aussi longtemps sans réfrigérateur ! Cela réduisait franchement les possibilités et ainsi remplir la chope de nos joyeux voisins allemands !

 

OK, c’est bien tout ça, mais ça donne quoi gustativement ?

 

L’une des particularités d’une Lager est qu’elle sera en général moins alcoolisée qu’une Ale, le travail des levure « basses » étant freiné par l’alcool qu’elles génèrent (c’est le chat qui se mord la queue ou quoi !?). En outre, on obtient une bouche très maltée et céréalières et donc beaucoup moins fruitée qu’une ale (car moins d’esters CQFD) ; qui plus est, on dira d’une Lager qu’elle est plus pétillante et carbonatée.

 

Ensuite, et en fonction de la bière que tu choisiras pour l’apéro ou pour accompagner le repas, ton plaisir changera du tout au tout : Pils très rafraichissante, céréalière et amères ; Bock et Doppelbock, plus doux et malté, Munich Helles, etc.

 

Et pourquoi il y a de la Pils (attention à ne pas fourcher ! 😊) partout ?

 

La réponse est pleine de sens, tout comme ta question. La fermentation étant plus longue et plus fraiche pour que les levures fonctionnent à plein régime, ce type de bière est avantageux à grande échelle et pour une production industrielle, mais l’est beaucoup moins pour un micro-brasseur ! Qui plus est, le faible taux d’alcool et la relative facilité gustative (peu amère, peu ronde, peu sucrée) a permis sa large propagation et distribution à travers le monde ; d’où une certaine standardisation des saveurs malheureusement…

 

Mais une bonne Pils, bien réalisée comme l’auraient voulus les inventeurs de l’originelle Pilsner Urquell (Plzen, Rép. Tchèque, 1842), bien servie ; qu’est-ce que c’est bon, que c’est noble ! A redécouvrir sans hésiter ; fais tomber les clichés chez SIBEERY !